Commerce et Marketing

10 chiffres qui prouvent que la transformation numérique est en marche

Du Big Data à la maison connectée, tous les secteurs économiques sont confrontés aux enjeux de la transformation digitale. Voici dix chiffres qui le démontrent.
Il est parfois difficile de se représenter l’importance de la transformation numérique et des secteurs qui sont concernés. Nous avons sélectionné dix chiffres qui permettent de mieux saisir l’ampleur du phénomène.

– 7

Selon une étude menée, en 2015, par TNS-Sofres pour l’organisme de formation Albiways Digital, 7 salariés sur 10 pensent que la transformation numérique est en marche. 1 employé sur 2 affirme même que cette révolution a déjà eu un impact sur son travail.

 

– 2 500 000 000 000 000 000

C’est le nombre d’octets de données (en quintillions) que nous créons chaque jour. Physiquement, cela représente l’équivalent de 10 millions de disques Blu-Ray… Et 90% des données existant actuellement dans le monde ont moins de 2 ans, selon l’étude Voucher Cloud, parue en 2015.

 

– 6

En 2014, les entreprises françaises les plus engagées dans la transformation numérique ont multiplié leur croissance par six. C’est, en tout cas, la conclusion d’une étude menée par le cabinet Roland Berger en collaboration avec le pôle de compétitivité Cap Digital.

 

– 907

C’est, en milliards de dollars, le montant que prévoient d’investir dans le digital, chaque année, d’ici 2020, les entreprises du secteur industriel mondial, selon une étude du cabinet PwC. Ces subsides seront principalement injectés dans les capteurs, les systèmes de production et les analyses de données.

 

– 400

Le marché de la santé connectée (ou « e-santé ») est l’un des plus dynamiques du secteur digital. Selon le cabinet Grand View Research, il devrait passer de 46 milliards de dollars, en 2015, à plus de 400 milliards de dollars dans le monde, en 2022. La majorité des investissements se dirigent vers les solutions IoT (applications, outils de gestion des données, etc.).

 

– 65

Autre marché phare du numérique, le e-commerce a quasiment triplé de volume, en France, entre 2009 et 2015, passant de 25 à 65 milliards d’euros. De la même manière, le nombre de sites marchands est passé de 64 000 à plus de 180 000. En moyenne, chaque acheteur dépense 1 780 EUR en ligne, par an, selon la Fevad, qui représente les professionnels du e-commerce en France.

 

– 15

Les smartphones s’imposent comme des outils incontournables de la vente en ligne. En 2016, les acheteurs ont réalisé en moyenne 15 transactions avec leur mobile. En 2015, le marché du « m-commerce » a même doublé, passant de 3,7 à 7 milliards d’euros. Au point que, désormais, un achat en ligne sur quatre se fasse depuis un smartphone, selon une étude du Center for Retail Research (CRR) pour le groupe RetailMeNot, publiée en 2016.

 

– 80 %

Certains ténors du secteur culinaire « traditionnel » n’ont pas hésité à passer le cap de la transformation numérique. Depuis 2015, le spécialiste des arts de la table Guy Degrenne réalise ainsi 80% de son chiffre d’affaires grâce au digital. 13% des ventes passent même exclusivement par ce canal. Et, en 2014, la e-réservation a permis au groupe d’augmenter son chiffre d’affaires de près de 3%.

 

– 4

Et si le futur de la nourriture consistait à imprimer soi-même ses aliments ? En tout cas, en 2016, dans le monde, quatre consommateurs sur dix se disent prêts à utiliser une imprimante 3D alimentaire, selon l’étude « Food 360 », réalisée dans le cadre du dernier Salon international de l’alimentation (SIAL).

 

– 340

C’est la taille, en millions d’euros, du marché des produits connectés en France, en 2015. Dans ce secteur, les « wearables » (montres, trackers d’activité, etc.) tirent le chiffre d’affaires vers le haut avec 1,2 million d’objets vendus. En 2016, l’institut GfK table sur un chiffre d’affaires de 850 millions d’euros.

Source : Les Echos (16/01/2017)

Applications mobiles : des chiffres de croissance impressionnants

Les applications mobiles sont-elles devenues le nouvel eldorado ? Sans doute pas. Mais ces petits logiciels à télécharger et à utiliser sur un smartphone ont bouleversé notre quotidien.

La croissance du marché des applications mobiles, que ce soit sur l’App Store d’Apple ou du Play Store de Google, ne faiblit pas. Il a  même connu une croissance à deux chiffres en 2016, d’après le rapport annuel d’App Annie, société spécialisée dans les statistiques de ce secteur. Les revenus ont ainsi augmenté de 40% l’an dernier, passant de 25 à 35 milliards de dollars.

Si on ajoute à ces chiffres de vente les revenus tirés de la publicité, ainsi que ceux des boutiques non officielles (la Chine en compte de nombreuses pour la plateforme Android), on atteint un résultat de 89 milliards de dollars. 90 milliards d’applications ont été téléchargées l’an dernier, ce qui représente une croissance là aussi à deux chiffres, mais moins impressionnante de 17%.

En moyenne, les utilisateurs de smartphones et de tablettes consomment de 30 à 40 applications chaque mois. Parmi les applications qui ont permis d’établir ce nouveau record, on trouve évidemment Pokémon GO, qui a été le véritable best-seller de l’année, ainsi que Super Mario Run, le premier « vrai » jeu de Nintendo sur iOS. C’est d’ailleurs iOS la plateforme la plus rentable avec 20 milliards de dollars de chiffre d’affaires, contre 13 milliards pour Android.

Source : Le Journal de l’Economie (Le 17 Janvier 2017, par Olivier Sancerre)

IBM investit 1 milliard de dollars en 4 ans dans le développement de ses compétences

Engagé dans une lourde transformation, le géant informatique américain IBM prévoit d’embaucher 25 000 personnes en 4 ans aux Etats-Unis sur les nouveaux métiers du cloud ou de la data. Et pour pallier la pénurie de talents, il prévoit d’investir 1 milliard de dollars dans le développement de ses compétences.

Tesla Motors débauche une star d’Apple pour piloter Autopilot

Elon Musk fait sa cueillette dans le jardin de Tim Cook. Il vient de recruter Chris Lattner, un ingénieur hors pair d’Apple, pour diriger l’équipe en charge d’Autopilot, le système de conduite autonome de Tesla Motors.

Tesla Motors vient de réaliser un beau coup en débauchant Chris Lattner, qui étant jusqu’à présent “Senior Director and Architect” chez Apple. L’ingénieur, qui travaillait pour Apple depuis 2005, est entre autres à l’origine de Swift, le nouveau langage de programmation de l’entreprise de Tim Cook.

Au sein de Tesla Motors, il prendra la direction de l’équipe en charge du développement d’Autopilot, le système d’assistance à la conduite (et qui aspire à devenir un système de conduite autonome) de Tesla. L’entreprise automobile d’Elon Musk affiche de grandes ambitions en matière de conduite autonome, avec notamment l’objectif d’ici un an de traverser les Etats-Unis de Los Angeles à New York City en autonomie totale.

Le recrutement de cette star du développement ne sera donc pas de trop, et il illustre aussi l’attractivité du constructeur automobile atypique auprès des ingénieurs des GAFA. A noter qu’en 2015, alors qu’Apple cherchait encore à développer sa propre voiture connectée, Elon Musk s’était laissé aller à une critique acerbe du projet de la firme à la pomme, affirmant que “si vous ne faites pas l’affaire chez Tesla, vous allez travailler chez Apple.”

JULIEN BERGOUNHOUX

@JBergounhoux

Source : Usine Digitale (PUBLIÉ LE 11 JANVIER 2017 À 13H10)